Carnet

En Primeurs, histoire et traditions

C’est l’événement qui rythme le printemps de tous les vignobles du Bordelais. La vente des vins en primeurs dans la région remonte à plusieurs siècles et reste un concept incontournable pour acquérir certains flacons aujourd’hui. Retour sur une semaine de dégustation pour les professionnels du monde du vin et une folle période d’agitation à Haut-Bailly.

Les Primeurs de la place de Bordeaux

Initialement, les négociants bordelais se rendaient dans les châteaux pour évaluer le raisin « sur pied » (dans les vignes) quelques mois avant la récolte. Les professionnels jugeaient la qualité des grappes puis devenaient responsables de l’élevage ainsi que de la mise en bouteilles. Certains misaient sur la qualité d’un millésime en fonction d’une simple dégustation du raisin !

Le concept est modernisé au XXème siècle, la place des négociants est jugée trop importante par certains propriétaires de vignobles. Certains vignerons décident de gérer l’élevage et la mise en bouteilles des vins intégralement au château.

Ce n’est qu’à partir des années 70 que le marché des vins de Bordeaux s’internationalise significativement. La pratique des ventes en primeurs permet aux négociants, aux importateurs et aux particuliers d’acheter le vin auprès des propriétés près de deux ans avant sa disponibilité en bouteilles. Les profits ainsi réalisés par les propriétés peuvent ainsi être réinvestis pour développer la précision des travaux dans les vignes, moderniser les chais et, in fine, améliorer la qualité du vin.

En primeurs, les vins de Bordeaux à l’honneur

Le terme « Primeurs » recouvre deux temps distincts. La première étape est une étape de dégustation, celle que le mondo vino appelle « La semaine des Primeurs ». Fin avril, pendant une dizaine de jours, les professionnels du monde du vin affluent vers Bordeaux pour déguster le nouveau millésime, toujours en cours d’élevage. L’élevage correspond au temps entre la fin de la macération et la mise en bouteilles.

En effet, les vins n’ont pas fini de vieillir et le dégustateur cherche avant tout à évaluer le potentiel du vin. Il s’agit d’imaginer ce que le vin deviendra lorsque son élevage en barriques sera terminé, et comment celui-ci pourrait évoluer dans le temps une fois mis en bouteilles.

C’est également pendant cette semaine cruciale que critiques et journalistes goûtent et attribuent des notes aux millésimes. C’est ainsi que se sont fait connaître de nombreux critiques et œnologues, comme Robert Parker qui avait été le seul à estimer que le millésime 1982 allait être une année exceptionnelle.

Après la phase de dégustation vient la seconde étape, celle de la vente. Les propriétés fixent leur prix et mettent en marché leurs vins via ce que l’on appelle « la place de Bordeaux ». Il s’agit d’un réseau de négociants qui se chargent de la commercialisation des vins de Bordeaux auprès de clients (importateurs, restaurateurs, cavistes, particuliers) du monde entier. L’intérêt pour ces amateurs d’acheter en primeurs ? S’assurer de trouver les volumes dont ils ont besoin au meilleur prix.

Découvrez les particularités de la vente En Primeurs à Haut-Bailly et comment cette tradition demeure un événement clé encore aujourd’hui. Trois questions à Cyprien Champanhet, Directeur du développement commercial et marketing – Château Haut-Bailly.

1. Comment se déroule la période des Primeurs à Haut-Bailly aujourd’hui ?

Pour la phase de dégustation, nous souhaitons, à Haut-Bailly, proposer une expérience immersive à nos clients et, en même temps, leur assurer une dégustation de nos vins dans des conditions optimales. L’organisation de cet événement à la propriété permet également à nos visiteurs de découvrir les nouvelles installations comme le chai, que beaucoup n’avaient pas encore visité en raison de la pandémie. C’est également l’occasion de parler à nos clients de la dynamique de Haut-Bailly et bien sûr de leur présenter les caractéristiques du millésime.

Pour ce qui est de la phase de mise en marché qui intervient entre fin mai et mi-juin, c’est le moment pour les vignobles de construire leurs réseaux de distribution. Nous sélectionnons les négociants dont on sait qu’ils ont la capacité de distribuer nos vins à une clientèle de qualité.

Nous leur proposons alors une allocation, c’est-à-dire un certain volume de bouteilles. Le travail de mise en marché se fait ainsi en collaboration avec les maisons de négoce partenaires, avec lesquelles nous identifions les marchés et segments que nous souhaitons développer.

2. Quelles sont les spécificités de Haut-Bailly en matière de Primeurs ?

Nous faisons déguster nos vins exclusivement au château.

Cette année, nous avons même offert à nos visiteurs la possibilité de déguster le vin là où il est travaillé, au cœur du chai. Cela nous permet d’organiser plusieurs dégustations à différents endroits mais aussi de démultiplier les échanges et de discuter avec nos clients venus du monde entier. Cela favorise les rencontres et les moments de partage.

Autre tradition à Haut-Bailly, celle de l’hospitalité. Depuis de longues années nous organisons pendant la semaine Primeurs des déjeuners sous forme de buffet, auxquels les dégustateurs sont invités. Nous pouvons ainsi passer avec eux un moment privilégié, et leur faire déguster de vieux millésimes de Haut-Bailly. Cette année, c’est notre Chef Maxime Pommier qui a préparé des plats traditionnels français tels que la blanquette de veau ou le coq au vin.

3. En quoi cet événement vieux de centaines d’années reste essentiel et incontournable aujourd’hui pour les vignobles du bordelais et Haut-Bailly ?

Encore aujourd’hui, il s’agit d’un véritable coup de projecteur sur Bordeaux ! Et c’est un moment intense et unique dans l’année au cours duquel nous pouvons à la fois entretenir les relations avec nos partenaires de longue date, et faire connaître nos spécificités à de nombreux prospects. Le vin est une histoire de partage et de relations humaines. Cette dimension humaine autour des retrouvailles est incontournable.

C’est aussi une opportunité pour chacun de vivre une expérience Haut-Bailly. Toute l’équipe du château est mobilisée pour que chaque client soit reçu de manière personnalisée au moment de découvrir les spécificités du millésime de l’année. Cette semaine constitue le moment idéal pour raconter à nos clients l’histoire que Haut-Bailly a vécu pendant cette année. Il s’agit aussi de fournir un certain nombre de détails en fonction des clients et de leurs questions. Certains sont plus inspirés par la vinification, d’autres par les conditions météorologiques. Quoi qu’il en soit, nous devons confier à chaque dégustateur les clés de compréhension du millésime.

Les informations données sont essentielles, car chaque visiteur doit pouvoir transmettre cette histoire et, à son tour, devenir l’ambassadeur de Haut-Bailly auprès de ses clients.